marine ocean logo

Géopolitique

Haïdar El Ali, ministre sénégalais de la mer

« LA PÊCHE INDUSTRIELLE RISQUE DE PLONGER LES PAYS D'AFRIQUE DE L'OUEST DANS LA MISÈRE »

Ministre de la Pêche atypique et peu diplomate, Haïdar El Ali est d'abord un homme de coeur et de convictions, un vieux militant écologiste, le « Cousteau africain » qui a consacré sa vie à la protection de l'environnement et des ressources naturelles de l'Afrique. Luttant contre la déforestation, pour le reboisement de la mangrove, cette conscience africaine tire le signal d'alarme : la pêche illégale menace la sécurité alimentaire du Sénégal sans compter la perte qu'elle génère de près de 230 millions d'euros par an.

La chef du gouvernement du Groenland, Aleqa Hammond, a affirmé lors d'un discours en Norvège que l'aspiration de ce territoire à l'indépendance était «naturelle». «Notre marche vers l'indépendance est une voie naturelle pour des gens qui ont été colonisés autrefois», a déclaré Mme Hammond lors d'une conférence sur l'Arctique à Tromso (nord de la Norvège). Le Groenland, territoire autonome du Danemark, est encore loin de pouvoir prétendre à l'indépendance, les subventions de Copenhague représentant la moitié de son économie. Mais il espère s'en passer un jour grâce à ses ressources en uranium et en terres rares, voire en pétrole.

Source : www.lesoir.be

 

 

Par Etienne Dubern et Yusuf Khawaje

www.boislandryconsulting.com

Pour la première fois depuis l'effondrement en 1991 de la « République démocratique de Somalie », vaincue par une dynamique clanique, la situation s'est significativement améliorée en Somalie, à tous les points de vue, au cours des années 2012 et 2013.

Les nations d'Asie du Sud-Est s'équipent à marche forcée de moyens navals nouveaux. L'accroissement de leur flotte de combat, dans une région maritime en proie aux tensions, va-t-il créer l'angoisse de la guerre ? Certains spécialistes tentent la comparaison avec la course aux armements, formule se rapportant à la compétition historique entre l'Angleterre et l'Allemagne au début du XXème siècle.

Le 2 octobre 2013, la chaîne de télévision israélienne Arutz 2 a révélé qu'à l'initiative du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, plusieurs réunions secrètes se seraient tenues courant septembre 2013 entre des responsables israéliens (affaires étrangères et renseignement) et des personnalités d'un certain nombre de pays du Golfe et de pays arabes pour tenter de rassembler une nouvelle alliance capable de « bloquer la route de l' Iran vers les armes nucléaires ».

Par Francis Vallat

Président du Cluster maritime français,
Président du Réseau européen des clusters maritimes

Les incidents et conflits larvés qui surviennent régulièrement en mer de Chine où se défient les flottes militaires des pays riverains, Chine, Taiwan, Philippines, Vietnam, Malaisie et Japon, sont extrêmement inquiétants. Plus probablement pour la paix du monde que les crises qui font aujourd'hui la "Une" de nos quotidiens (y compris le drame syrien). Je pense, en particulier, aux manoeuvres autour des îles Paracels et Spratleys qui génèrent des tensions entre le Vietnam et la Chine ou encore à celles concernant les bancs de Sarborough et de Thomas, dans les eaux philippines, qui aiguisent les tensions entre les Philippines et la Chine. A chaque fois l'enjeu y est le contrôle effectif de ces îlots tant sur un plan stratégique que pour les ressources minéralières ou halieutiques qu'ils recèlent. Je pense aussi à divers incidents navals intervenus ces dernières années, en particulier entre la Chine et le Japon, réglés en dehors de toute notion de droit.

Selon les confidences d'un haut responsable de la Marine russe à l'agence russe Ria Novosti, le patrouilleur Smetlivy de la flotte de la mer Noire devrait mettre le cap sur la Syrie vers le 12 septembre venant compléter le groupe, naval russe deja présent en Méditerranée.

La Marine russe ne renforcera pas sa présence en Méditerranée malgré les tensions existantes dans la région, a annoncé mardi 3 septembre à l'agence RIA Novosti une source diplomatique et militaire à Moscou.

Selon le contre-amiral Viatcheslav Apanassenko, membre correspondant de l'Académie russe de l'artillerie et des sciences balistiques, cité par l'agence Ria Novosti (www.fr.ria.ru), les tirs balistiques enregistrés le mardi 3 septembre par le radar russe d'Armavir pouvaient avoir été effectués par un sous-marin américain en vue d'intimider le régime syrien.

La Russie a dépêché un navire de reconnaissance et de surveillance électronique vers la côte syrienne en Méditerranée orientale, rapporte ce lundi 2 septembre une agence russe, sur fond de préparation d'une intervention militaire occidentale contre le régime de Damas.