marine ocean logo

Environnement

Le premier ministre, a signé en juillet l'engagement financier de l'Etat sur le programme Voilier du futur porté par Catherine Chabaud, Julian Stone et Innovations Bleues, lauréat des Investissements d'Avenir, dans le cadre de l'Appel à Manifestation d'Intérêt "Navire du Futur". Avec un financement de 4,2 millions d'euros apporté par l'ADEME sur des fonds confiés par le Commissariat général à l'Investissement (CGI), Catherine Chabaud et Julian Stone, après deux années de mise en place, entrent dans une phase décisive du projet qui incarne leur ambition : accélérer le développement des éco-innovations du secteur de la Plaisance (et plus largement du maritime) et dynamiser la démarche de développement durable de la filière.

Les résultats d'une équipe de chercheurs européens publiés dans la revue Plos One révèlent qu'il est possible de trouver des bouteilles, des sacs en plastique, des filets de pêche et d'autres types de déchets humains jusqu'à des milliers de mètres de profondeur sous la surface de l'océan. Du plateau continental européen à la dorsale médio-Atlantique (située à 2 000 km des côtes) en passant par la Méditerranée, le constat est le même.

Plus que trois jours avant la cloture de la souscription lancée par Jacques Rougerie auprès du grand public pour participer au financement de l'un des projets les plus originaux que la mer puisse générer. Jacques Rougerie, le créateur et promoteur de Sea Orbiter, invite chacun d'entre nous à soutenir la construction de la première station avec en contrepartie l'inscription de son nom à l'intérieur du module. 

Pour plus d'information et pour souscrire en ligne, cliquez sur les deux liens ci-dessous :

http://www.kisskissbankbank.com/the-eye-of-seaorbiter

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=bWKDxUoz5mg

(Ce second enregistrement de Jacques Rougerie a été réalisé il y a une semaine. Les dix jours restants évoqués par l'architecte naval ne sont donc plus d'actualité. Il ne reste bien que trois jours pour souscrire). 

L'ampleur et la complexité des secours apportés au navire russe bloqué par les glaces en Antarctique pendant deux semaines soulignent les risques inhérents aux voyages touristiques dans ce continent aux conditions extrêmes.

Le jury du 40ème Festival international de l'image sous-marine qui se tient Parc Chanot, à Marseille depuis le jeudi 31 octobre et jusqu'à ce dimanche soir 3 novembre, a décerné hier l'ensemble de ses prix. Presentation du palmares d'une édition 2013 particulierement riche.

Le Festival mondial de l'image sous-marine - qui a ouvert ses portes jeudi dernier et les refermera ce dimanche soir 3 novembre au Parc Chanot de Marseille - est l'un des rendez-vous du week-end à ne pas manquer.

Le Festival mondial de l'image sous-marine qui a démarré jeudi dernier au Palais des Congrès du Parc Chanot à Marseille, fermera ses portes dimanche soir, le 3 novembre. Encore deux jours donc pour participer à ce rendez-vous unique qui fête cette année ses 40 ans !

Le 40e Festival mondial de l'image sous-marine ouvre ses portes, ce jeudi 31 octobre, à Marseille, au Parc Chanot, jusqu'au dimanche 3 novembre. Il propose un très grand nombre d'animations pour faire découvrir les richesses de la mer à tous les publics, avertis ou curieux, adultes et enfants, à travers de magnifiques images venues du monde entier.

 

Le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GEIC), rendu public le 27 septembre, indique que l'océan nous protège des impacts du changement climatique mais que le prix qu'il paye en retour est elevé. Le groupe de recherche sur le changement climatique de l'ONU a découvert que l'océan absorbait plus de 90% de la chaleur piégée dans le système climatique à cause des émissions anthropogéniques de gaz à effet de serre. L'océan absorbe aussi un quart de nos émissions de dioxyde de carbone, ce qui provoque l'acidification de la mer à une vitesse probablement sans précédent en 300 millions d'années.

La Commission Océan Mondial, organisme indépendant pour la restauration de la santé écologique et la productivité durable de l'océan, lance donc un appel aux gouvernements pour qu'ils entreprennent des mesures urgentes en faveur de sa résilience.

Après la Méridionale, la SNCM et Orange Marine, deux autres compagnies maritimes françaises, Gazocéan et Maritima, rejoignent le réseau REPCET, destiné à prévenir les collisions entre les navires et les grands cétacés. Dix navires français sont désormais équipés en Méditerranée. Armateurs de France est partenaire historique du projet REPCET, développé par l'association « Souffleurs d'Ecume ».