marine ocean logo

Environnement

Les 10 et 11 mars derniers, à l'initiative de la Fondation Prince Albert II de Monaco, de Tara Expéditions, de Surfrider Foundation Europe et de la Fondation Mava, s'est tenue, à Monaco, une ambitieuse conférence sur le fléau de la pollution plastique en Méditerranée. A l'issue des débats, la «Déclaration de Monaco, pour agir contre la pollution plastique en Méditerranée» a initié une dynamique avec l'annonce de la création d'une Task Force, baptisée « Beyond Plastic Med », soutenue par S.A.S le Prince Albert II de Monaco.

Le Prince Albert II de Monaco, le Ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, et son homologue norvégien, Borge Brende, ont participé, le 17 mars dernier, à la Maison des océans, à Paris, à une grande conférence dédiée à l'Arctique présenté comme la sentinelle avancée du réchauffement climatique.  L'occasion pour de nombreux scientifiques de lancer un cri d'alarme sur l'évolution, en cours, du climat planétaire.

Visionner la vidéo :http://www.monacochannel.mc/Chaines/Monaco-Info-Les-Reportages/Videos/L-Arctique-au-centre-des-debats-a-l-Institut-Oceanographique

Source : Monaco channel

A l'issue du visionnage, pour revenir au site Marine & Océans, cliquer, en haut à gauche de la barre d'outil, sur la flèche retour. 

Le ministère des Pêches et des Océans Canadien a récemment annoncé le quota de chasse au phoque pour cette année : il autorise l'abattage de 400 000 phoques du Groenland, soit autant que l'année dernière. Aucune information officielle n'a pour l'heure été rendue publique concernant le prix et les débouchés commerciaux des peaux de phoque, ni même la date d'ouverture de la chasse.

Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/4231-quotas-chasse-Groenland

 

Les glaces de l'Antarctique lui ont permis une découverte fondamentale sur le climat. Trente ans plus tard, le glaciologue Claude Lorius, 83 ans, est revenu sur cette terre extrême, y constater les bouleversements déjà à l'oeuvre. "Ca se passe comme prévu", souligne d'une voix douce ce pionnier de la climatologie, qui a refait le voyage pour la caméra du cinéaste Luc Jacquet. "Dans la région côtière, la glace s'est étirée", explique-t-il à l'AFP. "Et maintenant il faut prendre un parapluie!" Désormais, il pleut en Antarctique.

"La glace et le ciel" sortira au cinéma le 22 octobre, quelques semaines avant la conférence climat de Paris, pour retracer l'épopée qui conduisit Claude Lorius, un peu par hasard, à établir le lien entre gaz à effet de serre et réchauffement climatique. Car quand le jeune homme répond en 1955 à une annonce pour une mission polaire, il ne se doute pas de la suite. "Je suis parti pour l'aventure. Puis tout s'est enchaîné", raconte-t-il à l'AFP.

Extraits :

Bernard Harambillet, directeur général de Veolia Propreté France :

"Le plastique doit devenir un produit et non un déchet sinon il continuera à finir dans la mer  (...). Les décharges ne sont pas la solution, plus personne n'en veut. (...). Créons une vraie industrie de la transformation qui sera, en outre, à l'origine de nombreux emplois".

Madame Thomas Vlachogianni, représentante de 160 ONG environnementales en Grèce

"J'en ai assez d'enttendre dire qu'il faut nettoyer les océans ! c'est à la source du problème qu'il faut aller"

Monsieur Jean-Marc Nony, directeur du développement durable du groupe Sphère (fabriquant français d'emballages ménagers)

"Les professionnels de la plasturgie travaillent à de nouvelles matières assimilables par le milieu marin à échéance un ou deux ans. Il est important de ne pas casser les efforts réalisés par les acteurs du secteur pour concevoir ces nouveaux produits".

Suivez aujourd'hui, en direct, la conférence de Monaco sur les plastiques en Méditerranée sur www.bemed.org

 

 

Suivez aujourd'hui en direct la conférence internationale, organisée à Monaco, sur les plastiques en Mediterranée sur www.bemed.org

 

A l'occasion de la Conférence internationale sur les plastiques en Méditerranée qui se tient aujourd'hui à Monaco, la Principauté a annoncé quelques mesures fortes destinées à lutter contre ce fléau qui pollue tout l'espace méditerranéen. Elle a annoncé l'arrêt de l'importation et de la distribution des sacs plastiques à usage unique à compter de 2016, l'obligation, à compter du 1er janvier 2019, du conditionnement de produits alimentaires tels que les fruits, légumes et confiseries dans des sacs papiers biodégradables, et l'interdiction, à compter du 1er janvier 2020, de la mise à disposition à titre onéreux ou gracieux d'ustensiles jetables de cuisine. L'objectif affiché est clair : contribuer à limiter le rejet en mer de macro-déchets en plastique. 

Ce mercredi 11 mars se déroule à Monaco la conférence internationale "Plastique en Méditerranée : au-delà du constat, quelles solutions"  organisée à l'initiative de la Fondation Prince Albert II de Monaco, de  Surfrider Foundation Europe, de Tara Expéditions et de la Fondation Mava.

Réduire l'afflux et l'impact des déchets plastiques dans le milieu marin, mobiliser de manière pérenne et concrète l'ensemble des acteurs de la filière plastique en Méditerranée sont les deux enjeux essentiels de cette conférence. « Les acteurs plastiques » de plus d'une dizaine de pays méditerranéen sont réunis : ceux qui produisent, ceux qui organisent le recyclage, ceux qui subissent les impacts des déchets non recyclés, ceux qui travaillent à établir l'état des lieux des impacts et ceux qui cherchent des solutions aussi bien techniques que sociétales.

Sans les vagues et vaguelettes, les lacs, les mers et les océans n'auraient guère plus d'attrait que de simples piscines. Pourtant, parfois, leurs ondulations deviennent monstrueuses, féroces, assassines, en un mot, scélérates. Pour aussi fascinantes qu'elles soient, ces situations extrêmes sont heureusement rares.

Une étude, publiée le 17 février dernier dans la revue internationale « Journal of Environmental Science and Technology », démontre l'intérêt d'utiliser les satellites pour surveiller l'acidification des océans.

Gravitant autour de la terre à plus de 700 km de distance, les satellites équipés de différents instruments embarqués permettent d'accéder à des informations géophysiques essentielles telles que la salinité et la température. Combinées, ces mesures peuvent être utilisées pour évaluer l'acidification des océans sur des zones beaucoup plus vastes et bien plus rapidement qu'avec les méthodes utilisées précédemment par la communauté scientifique. Cela devrait largement améliorer la façon dont les biologistes marins et les spécialistes du climat étudient l'océan.