marine ocean logo

Environnement

Le premier Salon international du littoral se tiendra les 21 et 22 novembre prochains à Montpellier. Ce rendez-vous professionnel, organisé par le groupe Midi Libre, est dédié à un secteur en pleine expansion tant au regard de son potentiel économique que de ses enjeux environnementaux. Destiné à un public d'affaires, ce premier Salon international du littoral est concentré sur l’avenir de la Méditerranée et l'organisation de ses infrastructures côtières. Zone d’exposition, rendez-vous d'affaires BtoB, convention, tables rondes, conférences etc., ont pour ambition de rendre cet événement incontournable dès sa première édition.

Participez au cycle de conférences du Salon International du Littoral (www.littoral-expo.com) qui regroupera les plus grands experts méditerranéens du secteur. Participez et soyez ainsi « partie prenante » de l’avenir maritime de la Région #Occitanie.
201811 salon du littoral

Etape majeure pour la consolidation de la filière des énergies marines !

Le mardi 16 octobre 2018, à l’aube, la société SABELLA a réalisé avec succès l’immersion de son hydrolienne D10 de 1 MW dans le Passage du Fromveur. Sa connexion a eu lieu au cours de l’après-midi. Désormais, les opérations de mises en service opérationnel ont débuté et la machine a d’ores et déjà commencé à

Le 15 juillet dernier, M. Bernard Fautrier, vice-président de la Fondation Prince Albert II de Monaco, accompagné de Mme Marie-Pierre Gramaglia, Conseiller-Ministre en charge notamment de l'environnement au sein du gouvernement monégasque, a officiellement lancé, au Yacht Club de Monaco, la Mission Sphyrna Odyssey 

 
Cliquez sur la bannière ci-dessous ou sur le lien 
https://www.commeon.com/fr/projet/sphyrna

Faites un DON (déductible de vos impôts). Votre contribution sera précieuse pour cette première mission scientifique réalisée à partir d'un drone maritime (de conception française).

banner sphyrna

@marineoceans @seaproven @ClusterMaritime @crowdfunding

Ce vendredi 2 juin à 10h00 précises, le Prince Albert II de Monaco a tendu les amarres à Yvan Griboval venu s'amarrer au ponton d'honneur du Yacht Club de Monaco dont il porte les couleurs. Le navigateur, agé de 60 ans, achève ainsi un tour du monde en solitaire de 152 jours. Il a réussi la première campagne jamais réalisée de collecte de données océanographiques à l'interface océan - atmosphère à la voile dans le Courant Circumpolaire Antarctique sous les trois grands caps : Bonne-Espérance (Afrique du Sud), Leeuwin (Australie) et Horn (Chili), sans aucun rejet de CO2 ni déchet, au gré de soixante jours de navigation en solo dans les Quarantièmes Rugissants et les Cinquantièmes Hurlants. En savoir + : www.oceanoscientific.org

 

C'est parti pour l'inconnu, 

par Yvan Griboval

à bord de l'OceanoScientific Explorer

 

Pour ceux qui ont raté les dix premiers épisodes - toujours disponibles sur le site de l’association philanthropique d’intérêt général OceanoScientific, tout comme les onze Kids Newsletters déjà diffusées - et alors que j’ai quitté Cape Town (Afrique du Sud) en solitaire jeudi 26 janvier, voici les grandes lignes de mon expédition. Le 17 novembre, S.A.S. Le Prince Souverain Albert II de Monaco a largué les amarres de l’OceanoScientific Explorer "Boogaloo" du Yacht Club de Monaco et j’ai mis cap au Sud-Ouest. J’ai attendu douze jours à Cartagena (Espagne) qu’une fenêtre météo s’ouvre à Gibraltar. Puis j’ai relié d’une traite Cape Town. Soit 42 jours de mer au total, sans l’ombre d’une avarie ou d’un quelconque problème. Quinze jours en Afrique du Sud ont permis de vérifier tout le navire et de minutieusement préparer le matériel océanographique embarqué. La campagne de collecte de données scientifiques à l’interface océan - atmosphère dans le Courant Circumpolaire Antarctique, dans des zones maritimes peu ou pas explorées, commence donc en ce moment. De Cape Town, je me dirige ainsi vers Monaco, mais en faisant le tour de l’Antarctique cap à l’Est. Toujours en solitaire sur mon bolide de 16 mètres en carbone. Retour à Monaco estimé à la mi-avril.

Dix ans après avoir soumis son idée aux scientifiques, comme on lance un défi, Yvan Griboval a mis le cap, le 17 novembre dernier, sur le Grand Sud à bord de l’OceanoScientific Explorer Boogaloo, un voilier de 16 mètres. Sa mission : transmettre, en temps quasi réel, aux plateformes de l’UNESCO, des données océanographiques de première importance. Yvan Griboval vient de fêter ses soixante ans sur l’Océan avant une escale à Cape Town en Afrique du Sud et le grand départ dans le Courant Circumpolaire Antarctique pour entrer dans le "coeur" de son expédition scientifique. Suivez son expédition sur www.oceanoscientific.org

Dix ans après avoir soumis son idée aux scientifiques, comme on lance un défi, Yvan Griboval a mis le cap, cet automne, sur le Grand Sud à bord de l’OcéanoScientific Explorer Boogaloo, un voilier de 16 mètres. Sa mission : transmettre, en temps quasi réel, aux plateformes de l’UNESCO, des données océanographiques de première importance. Suivez son expédition sur www.oceanoscientific.org

Dix ans après avoir soumis son idée aux scientifiques, comme on lance un défi, Yvan Griboval a mis le cap, cet automne, sur le Grand Sud à bord de l’OcéanoScientific Explorer Boogaloo, un voilier de 16 mètres. Sa mission : transmettre, en temps quasi réel, aux plateformes de l’UNESCO, des données océanographiques de première importance. Suivez son expédition sur www.oceanoscientific.org


2011 - 2018 © Marine & Océans