marine ocean logo

Marines du Monde

Coup du sort pour Enda O'Coineen
Triste 1er janvier pour Enda O'Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland) qui a été victime d'un démâtage ce dimanche matin. A 9h30 (heure française), l'Irlandais a informé la Direction de Course de son démâtage. Joint peu après, Enda a raconté les circonstances de l'incident : « J'ai été un peu pris au dépourvu. J'étais dans 20-25 nœuds de brise et je suis tombé dans un vilain grain de 35 nœuds pile au moment où le pilote a sauté. J'ai raté un empannage. Le bateau est devenu incontrôlable. Le mât s'est cassé net au niveau du pont. Je devais choisir entre sauver le gréement et sauver la coque du bateau. J'ai privilégié la sécurité en larguant le gréement pour qu'il ne perce pas le bateau. Les choses se passaient très bien pour moi, j'étais en pleine forme. Mais je dois accepter cette situation. Ce type de navigation se fait sur le fil du rasoir… » Enda O'Coineen fait route au moteur à faible allure vers la Nouvelle-Zélande.


Marines du Monde

Toute la rédaction de Marine & Océans présente à ses lecteurs et aux visiteurs de son site Internet ses meilleurs voeux pour cette nouvelle anéne qui s'annonce en espérant qu'elle vous apportera le meilleur de ce que vous en attendez. Nous tenterons, pour notre part, de continuer à répondre à vos attentes pour ce qui concerne l'infomation sur les océans. Merci à tous pour votre confiance !


Marines du Monde

Ce dimanche 1er janvier à 9h30 (heure française), l'Irlandais Enda O'Coineen (Kilcullen Voyager-Team Ireland) a annoncé son démâtage à la Direction de Course. Positionné à environ 180 milles au Sud-Est de Dunedin, en Nouvelle-Zélande, Enda O'Coineen naviguait dans 35 nœuds de vent de Sud/Sud-Est quand son mât s'est cassé. Le skipper, sain et sauf, commence à sécuriser son bateau et les morceaux cassés du gréement. O'Coineen a prévu de se diriger vers la Nouvelle-Zélande qui, dans la situation météorologique actuelle, se situe sous le vent de sa position. Il devrait avoir suffisamment de gasoil pour arriver à bon port. Le skipper irlandais est en contact avec son équipe technique et la Direction de Course. Une analyse complète de sa situation est en train d'être établie et nous aurons prochainement plus d'information.


Marines du Monde

Alors que les concurrents de la Sydney-Hobart ont rejoint la Tasmanie avec une belle brise, quatre solitaires du Vendée Globe peinent dans un léger flux de Sud au large de l'île australienne… Au point que l'entrée dans le Pacifique de Didac Costa (One Planet-One Ocean) et de Romain Attanasio (Famille Mary-Étamine du Lys) n'aura finalement lieu que dans l'après-midi pour l'Espagnol et dans la soirée pour le Breton. Quant à Sébastien Destremau (TechnoFirst-faceOcean) et Pieter Heerema (No Way Back), cette brise les contraint à faire route vers le détroit de Bass ! Iront-ils embouquer ce redouté passage comme Jean-Pierre Dick il y a deux semaines ?

Environnement

Dix ans après avoir soumis son idée aux scientifiques, comme on lance un défi, Yvan Griboval a mis le cap, cet automne, sur le Grand Sud à bord de l’OcéanoScientific Explorer Boogaloo, un voilier de 16 mètres. Sa mission : transmettre, en temps quasi réel, aux plateformes de l’UNESCO, des données océanographiques de première importance. Suivez son expédition sur www.oceanoscientific.org


Marines du Monde

Il n'y a rien d'autre à faire que de se concentrer sur le point d'impact et de trouver la porte de sortie : Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) rentre depuis le coucher du soleil dans une zone de vents faibles et sa vitesse décroît progressivement au fur et à mesure qu'il s'enfonce dans ce marasme anticyclonique. Il lui faut traverser le plus rapidement possible cette bulle en forme de haricot qui bloque le passage au niveau du 35° Sud, au large de l'Uruguay. Or c'est toujours un peu la loterie dans ce type de système météo qui fluctue énormément au fil des heures, pouvant aussi bien s'étaler en longitude qu'en latitude ! Alors que derrière, Alex Thomson (Hugo Boss) peut non seulement revenir à moins de cinquante milles du leader dès ce soir, mais surtout éviter les pièges que va subir son prédécesseur…


Marines du Monde

Le come-back d'Alex
Heureusement qu'Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) a les nerfs solides et une grande capacité à résister à la pression. Car la situation qui se profile devant ses étraves est du genre frustrante. Une cellule anticyclonique lui barre la route au large de l'Uruguay. Elle est si étendue qu'Armel ne pourra pas la contourner et n'aura d'autre choix que de s'y engager et de ralentir progressivement, en espérant en ressortir le premier… Alex Thomson (Hugo Boss) devrait lui aussi se faire piéger, mais plus tard que le leader. Et en attendant il continuera à avaler les milles à bonne allure et réduira donc l'écart. Armel devra prendre son mal en patience. Les deux hommes sont pour le moment les plus rapides de la flotte. Aujourd'hui à plus de 1000 milles des leaders, Jérémie Beyou (Maître CoQ) reste en embuscade. Il touchera un bon flux de Sud-Ouest et comblera lui aussi une partie de son retard.

Environnement

Dix ans après avoir soumis son idée aux scientifiques, comme on lance un défi, Yvan Griboval a mis le cap, cet automne, sur le Grand Sud à bord de l’OcéanoScientific Explorer Boogaloo, un voilier de 16 mètres. Sa mission : transmettre, en temps quasi réel, aux plateformes de l’UNESCO, des données océanographiques de première importance. Suivez son expédition sur www.oceanoscientific.org


Marines du Monde

Et si cette journée du 27 décembre, à la fin du 51e jour de mer, s'avérait décisive ? Ce n'est pas impossible quand on observe ce qui se trame entre 200 et 500 milles dans le Nord-Est de l'archipel des Malouines. Clairement, Armel Le Cléac'h a devant lui une dorsale de vents faibles qu'il doit tenter de contourner par le Sud, car il n'y a aucun salut à attendre près des côtes de l'Amérique du Sud. Le problème, pour lui, est que le couloir est on ne peut plus étroit, car limité sur sa droite par la Zone d'Exclusion Atlantique, le fameux « mur des glaces ». Voilà pourquoi le skipper de Banque Populaire VIII n'a d'autre choix qu'empanner et tricoter serré le long de cette ZEA. C'est ce qui pourrait bien dicter sa trajectoire pendant encore au moins 400 milles, le temps d'essayer de passer au Nord de cette fameuse dorsale. Pendant ce temps, avec du vent plus soutenu et un meilleur angle, Alex Thomson (Hugo Boss) fonce tout droit, à plus de 19 nœuds ce matin contre 17 pour Armel Le Cléac'h. Comment va évoluer cette dorsale et est-ce qu'en timing le leader peut encore passer dans son Nord en espérant que son dauphin reste bloqué dans le Sud de ce même phénomène ? Wait and see… mais en un mot comme en cent la situation est plus que tendue dans cette remontée de l'Atlantique Sud.


Marines du Monde

Cet hiver 2016-2017 pourrait bien être celui de tous les records océaniques. Thomas Coville a frappé un grand coup en bouclant hier son tour du monde en solitaire en 49 jours, à bord du maxi trimaran Sodebo Ultim'. Francis Joyon et son équipage tentent actuellement de battre le record du Trophée Jules Verne. Et il y a bien sûr les leaders du Vendée Globe qui poursuivent leur chevauchée dans un Atlantique Sud complexe.