marine ocean logo
Accueil

Golfe: des bateaux iraniens harcèlent à nouveau un navire américain (Pentagone)


Washington, 6 sept 2016 (AFP) -

Des bateaux armés des Gardes de la révolution iraniens ont de nouveau harcelé un navire militaire américain dimanche dans le Golfe, a indiqué mardi le Pentagone.

Les Etats-Unis accusent régulièrement les Gardiens de la révolution, la force para-militaire d'élite qui dépend directement du Guide suprême iranien, d'avoir un comportement menaçant à l'égard des bateaux militaires américains qui croisent dans les eaux internationales du Golfe.

Dimanche, l'USS Firebolt, un bateau américain de patrouille côtière, a été "approché par 7 vedettes rapides" iraniennes, selon le capitaine de vaisseau Jeff Davis, un porte-parole du Pentagone.

Trois vedettes, leurs armes découvertes, se sont approchés à moins de 500 mètres, sans répondre aux appels radios de celui-ci, selon Jeff Davis.

L'une d'entre elle a stoppé devant le navire américain, forçant celui-ci à manoeuvrer pour éviter la collision, a ajouté le porte-parole.

"C'est un nouvel exemple des contacts dangereux et non professionnels que nous avons avec les Gardiens de la révolution" dans le Golfe, a déclaré le porte-parole.

Ils sont dangereux parce que les officiers américains "ont le droit d'appliquer un droit à l'auto-défense", a-t-il rappelé.

L'incident s'est produit dans la partie centrale du Golfe, selon lui.

Le 24 août, le USS Squall (un bateau du même type que l'USS Firebolt) avait tiré trois coups de semonce au canon de calibre 50 contre un navire iranien qui avançait droit sur lui, dans les eaux internationales du Golfe.

En janvier, les Iraniens avaient brièvement capturé les équipages de deux petits bateaux de patrouille américains qui s'étaient égarés dans les eaux iraniennes.

Les 10 marins américains avaient été relâchés 24 heures plus tard.

"Je m'inquiète de commandants voyous" des Gardiens de la Révolution, "qui essaient de nous tester" et risquent de provoquer une escalade militaire, avait déclaré la semaine dernière à Washington le général Joseph Votel, le chef des forces américaines au Moyen-Orient.

Ces incidents traduisent la volonté du régime iranien "de continuer à faire des choses qui attisent l'instabilité ou tentent d'attiser l'instabilité dans la région", avait-il accusé.