marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

GB: une campagne nationale d'informations contre le "chaos" du Brexit


Douvres (Royaume-Uni), 14 sept 2018 (AFP) -

La militante anti-Brexit Gina Miller a annoncé vendredi le lancement d'une campagne pour "mettre fin au chaos" du Brexit et fournir "des informations impartiales" sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Les gens ont un "désir criant de clarté" et "personne ne comprend ce que le Brexit signifie pour le Royaume-Uni", a déclaré la femme d'affaires de 53 ans, devenue une figure publique pour avoir remporté une bataille judiciaire contre le gouvernement britannique en l'obligeant à consulter le Parlement sur le processus de sortie de l'UE.

Son site internet, www.endthechaos.co.uk, vise à "fournir une source fiable d'informations à partir de laquelle les gens peuvent décider par eux-mêmes ce qu'ils pensent et veulent pour eux-mêmes et pour le pays".

Il s'agit de "mettre davantage de pression sur les parlementaires pour qu'ils permettent aux gens de s'exprimer", que ce soit par le biais d'un second référendum ou d'une élection, a-t-elle expliqué à l'AFP en marge de son meeting à la mairie de Douvres, à 29 kilomètres des côtes françaises.

Le détroit de Douvres, la voie maritime la plus fréquentée au monde, est "crucial" pour l'économie britannique, a-t-elle souligné. Or la ville du Kent, dans le sud-est de l'Angleterre, a voté à 62,2% pour quitter l'UE.

"Les habitants de Douvres qui ont voté pour quitter l'UE ont-ils réalisé que cette décision pourrait avoir comme effet de les laisser coincés chez eux jusqu'à trois mois après notre départ de l'UE (...)? Bien sûr que non", a-t-elle ajouté, faisant référence à l'hypothèse d'une sortie de l'UE sans accord qui pourrait se traduire par le rétablissement de contrôles aux frontières.

Une trentaine de militants anti-Brexit s'étaient rassemblés devant la mairie, brandissant des drapeaux du Royaume-Uni et de l'Union européenne.

"Je ne crois pas que les gens prendraient la même décision aujourd'hui si on leur en donnait la chance parce que beaucoup de choses ont surgi dont les gens n'avaient pas idée", a affirmé à l'AFP John McHugo, un des manifestants.

En revanche, Janet Pott, 66 ans, qui a vécu et travaillé à Douvres toute sa vie, a expliqué avoir voté pour sortir de l'UE en raison du "trafic incessant des camions" arrivant d'Europe ou s'y rendant et qu'elle "voterai(t) la même chose aujourd'hui".

La victoire en janvier 2017 de Gina Miller devant la justice britannique avait suscité la fureur des partisans du Brexit, et avait valu à cette femme originaire d'ex-Guyane britannique des menaces de mort et des attaques racistes.

"Les attaques ont en fait renforcé ma détermination car cela me montre un visage du Royaume-Uni que je trouve inacceptable", a-t-elle dit à l'AFP.

Alors qu'elle doit s'exprimer lundi au congrès des Libéraux démocrates, elle a toutefois exclu de s'impliquer en politique.

"Il y a quelque chose de très malhonnête dans la politique actuelle, une sorte de double discours, un manque de considération pour les gens et je ne veux pas faire partie de cela", a-t-elle dit à l'AFP.