marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Aquarius: Gosselin (LR) qualifie la position de son parti "d'atteinte à l'humanité en danger"


Paris, 12 juin 2018 (AFP) -

Le député (Les Républicains) Philippe Gosselin s'est déclaré mardi "totalement" en désaccord avec la position de son parti au sujet du navire humanitaire Aquarius, qu'il a qualifiée "d'atteinte à l'humanité en danger".

Quelques 629 migrants, ballottés en Méditerranée depuis dimanche après le refus de l'Italie et de Malte de les accueillis, sont partis mardi soir vers l'Espagne à bord de trois bateaux dont le navire humanitaire Aquarius.

Le député LR Eric Ciotti s'est élevé vigoureusement contre l'idée que l'Aquarius puisse être accueilli en Corse, jugeant qu'il devait "retourne(r) vers les côtes libyennes". Des propos appuyés par la porte-parole du parti Laurence Sailliet.

"La question n'est pas de savoir si on va accorder le droit d'asile ou pas à ces naufragés qui sont sur un bateau d'une ONG. La question est de savoir si on les secourt. Et je maintiens bien que ne pas les secourir, ne pas les accueillir, c'est une atteinte à l'humanité en danger", a déclaré M. Gosselin sur franceinfo.

"J'assume totalement ce point de vue", a insisté le député de la Manche, jugeant que "la France est gonflée, par la voix du président de la République, de faire silence radio pendant 36 heures, à l'exception de la Corse, et d'accuser l'Italie de ne pas faire son job".

M. Gosselin a par ailleurs expliqué ne pas avoir distribué le tract de LR intitulé "pour que la France reste la France", objet d'une vive polémique entre le patron du parti Laurent Wauquiez et sa N.2 Virginie Calmels qui l'a jugé "anxiogène".

"Je n'étais pas en phase avec un certain nombre d'éléments internes à ce tract", a-t-il dit, interrogé notamment sur la phrase: "il n'y a jamais eu autant d'immigrés".

M. Gosselin "n'apprécie pas non plus les prises de position sur les fichés S qui devraient être placés en rétention", des propositions qui n'ont "pas de sens dans un Etat de droit".

"Donc dans ce sens-là, je suis en opposition, mais je le dis clairement, dans mon propre parti, que je n'ai pas envie de quitter évidemment pour autant", a-t-il ajouté.

"Virginie Calmels a évidemment toute sa place parce qu'aux Républicains, on doit maintenir cette diversité". "Il y a une ligne politique aujourd'hui, celle de Laurent Wauquiez, il a la légitimité de son élection, à 75%". Mais "je maintiens que les LR doivent être un parti d'alternance et de gouvernement et qu'on n'a pas nécessairement à crier avec les loups".