marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

La branche transport de gros du sud-coréen STX sous administration judiciaire


SEOUL, 07 juin 2013 (AFP) -

La filiale transport de gros du groupe sud-coréen de construction navale STX, plombé par un endettement colossal, a demandé vendredi à être placée sous administration judiciaire.

La veille, la banque publique Korea Development Bank (KDB) avait indiqué qu'elle ne se porterait pas acquéreur de STX Pan Ocean, un des trois plus gros transporteurs en vrac du pays.

STX Pan Ocean est détenue à 27,4% par la société-mère STX, tandis que la banque KDB possède 14,99% du capital.

La dette du groupe STX, qui possède des chantiers navals en France (ex-Chantiers de l'Atlantique) et en Finlande, est estimée à 4.400 milliards de wons (3 milliards d'euros).

Le groupe de construction navale, qui possède onze filiales, a pâti du ralentissement économique, qui frappe de plein fouet, depuis plusieurs années, le transport commercial maritime.

Quelque 1.000 milliards de wons doivent être remboursés cette année. Les créanciers ont déjà avancé 600 milliards de wons à la filiale construction de chantiers navals, STX Offshore et Shipbuilding, afin de rembourser les emprunts et d'assurer la continuité des activités.

Mais le groupe réclame une injection massive de fonds dans ses autres filiales afin d'éviter la faillite, en échange d'une restructuration drastique.

"Nous continuerons l'injection de liquidités dans d'autres filiales dont la santé financière pourrait s'aggraver avec ce placement sous administration judiciaire", a déclaré le directeur de la KDB Ryu Heui-Kyoung devant la presse.

Le groupe STX avait promis en 2012 de dégager 2.500 milliards de wons en vendant des actifs en Corée du Sud et à l'étranger. Il a pour le moment réussi à lever 1.130 milliards. Les détails sur la vente potentielle d'actifs en Europe n'ont pas été révélés.

Les chantiers français, à Saint-Nazaire et à Lorient, sont détenus aux deux-tiers par STX Europe et un tiers par l'Etat français. Le site de Saint-Nazaire avait remporté un contrat de plus d'un milliard d'euros en décembre, pour la construction d'un paquebot de croisière de luxe, pour la compagnie américaine Royal Caribbean International, basée à Miami. Cette commande n'est cependant pas suffisante pour fournir du travail à tous les employés.

En Finlande, le constructeur sud-coréen possède trois chantiers, à Turku, Rauma et Helsinki.

lim/gh/fmp/abx

STX OFFSHORE & SHIPBUILDING

ROYAL CARIBBEAN CRUISES