mo sphyrna logo
Actualités en direct (AFP)

Mer de Chine méridionale: Pékin va installer une garnison aux Paracels


PEKIN, 23 juil 2012 (AFP) -

Pékin va établir une garnison militaire sur un groupe d'îlots disputés en mer de Chine méridionale, a annoncé lundi le ministère chinois de la Défense, une mesure qui devrait alimenter encore un peu plus les tensions dans cette région.

Les troupes seront fixées à Sansha, dans les Paracels, un des deux archipels de mer de Chine méridionale revendiqués par la Chine et le Vietnam. L'autre archipel est celui des Spratleys, au sud des Paracels.

La garnison, approuvée par la Commission centrale militaire, "sera responsable de la mobilisation de défense nationale et des activités des forces de réserves pour l'aire de Sansha", a indiqué le ministère sur son site.

Il n'a pas donné de calendrier pour l'installation de cette garnison, mais l'installation de cette force entraînera sans aucun doute la colère du Vietnam.

Le mois dernier, Pékin avait désigné Sansha comme son centre administratif pour les Paracels et les Spratleys, provoquant une nouvelle manifestation à Hanoi dimanche, pour la troisième fois depuis début juillet.

La Chine revendique la souveraineté sur la totalité de la mer de Chine méridionale, y compris les zones proches des côtes des pays de la région (Vietnam, Philippines, Malaisie, Brunei, Taïwan...).

Cette mer est riche en ressources halieutiques et ses fonds pourraient recéler d'importantes réserves de gaz et de pétrole.

La mer de Chine méridionale, qui couvre environ 3,5 millions de km2, est surtout une zone stratégique car elle est traversée par des voies maritimes internationales.

Les Spratleys sont aussi revendiquées, en partie ou en totalité, par le Vietnam, les Philippines, Brunei, la Malaisie et Taïwan.

Les tensions se sont accrues depuis près de deux ans, le Vietnam et les Philippines notamment accusant la Chine de revendiquer avec agressivité sa supposée territorialité.

Mi-juillet, pour la première fois, les ministres des Affaires étrangères des dix pays de l'Association des nations d'Asie du sud-est (Asean) s'étaient séparés sans publier de communiqué final, après des passes d'armes sur la manière de gérer leurs conflits territoriaux en mer de Chine du Sud avec Pékin.