marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Quotas de pêche 2021: fortes incertitudes à cause du Brexit, déplorent les ministres


Bruxelles, 29 juin 2020 (AFP) -

Les ministres de la Pêche de l'Union européenne ont déploré lundi lors d'une vidéoconférence les fortes incertitudes que les négociations en cours sur la relation future entre Bruxelles et le Royaume-Uni font peser sur les quotas de captures pour 2021.

"Les entreprises de pêche ont besoin d'engagements solides de la part de l'Europe dans le cadre des discussions sur la future relation avec le Royaume-Uni", a plaidé le ministre français Didier Guillaume, rappelant que la crise sanitaire et économique liée au coronavirus a largement "fragilisé les armements".

L'accès aux eaux britanniques, très poissonneuses, reste un point dur des négociations sur la relation post-Brexit, qui ont repris lundi pour cinq semaines intenses avec la volonté commune d'éviter un "no deal" désastreux en fin d'année.

Les Européens veulent maintenir leur accès en l'état actuel, mais le Royaume-Uni veut une renégociation annuelle des quotas de pêche dans ses eaux, pour une centaine de stocks.

"L'objectif est de parvenir à un accord qui permettrait l'accès aux eaux britanniques à partir de 2021. Bien que les positions restent divergentes, nous faisons tout notre possible pour parvenir à un accord en temps utile afin d'assurer la coopération et la gestion conjointe des stocks concernés pour 2021", a expliqué le commissaire européen à la Pêche Virginijus Sinkevicius.

La Suède, la Belgique et l'Espagne ont notamment fait part de leurs inquiétudes. Le représentant irlandais a été le plus loquace sur le sujet.

Si Londres a fait part de sa volonté de poursuivre la politique de "rendement maximal durable" de l'UE (autoriser un volume de pêche qui permet la reproduction de l'espèce), "nous ne savons toutefois pas comment le Royaume-Uni va traiter des questions telles que l'interdiction des rejets des prises indésirées, ou les stocks épuisés pour lesquels l'UE a mis en place de tout petits quotas", a mis en garde Brendan Gleeson au nom de son pays.