marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Londres veut raviver la construction navale au Royaume-Uni avec un contrat de frégates


Londres, 12 sept 2019 (AFP) -

Le groupe industriel britannique Babcock a annoncé jeudi que son offre pour la construction de cinq frégates, un contrat à 1,25 milliard de livres, avait été retenue par le gouvernement britannique.

Le Premier ministre Boris Johnson a confirmé ce choix jeudi et s'est engagé à "ramener la construction navale chez nous" au Royaume-Uni, en pleine crise du Brexit et dans un contexte de possibles élections anticipées.

Le groupe entre à présent en négociations exclusives avec le gouvernement et le contrat final devrait être décerné en fin d'année par le ministre de la Défense.

Babcock précise que le contrat porte sur cinq frégates "avec un coût moyen de production de 250 millions de livres" (279 millions d'euros).

Le phase de conception va démarrer "immédiatement", puis la construction démarrera en 2021 et devrait se conclure en 2027 sur le chantier naval de Rosyth, en Ecosse.

Le programme de frégate Type 31 devrait générer plus de 2.500 emplois à travers le Royaume-Uni.

Les chantiers navals britanniques souffrent d'un déclin depuis depuis plusieurs décennies qui a entraîné la fermeture de plusieurs sites historiques.

"Les pays modernisent leurs flottes pour se protéger contre les dangers maritimes du XXIe siècle et les navires comme la technologie développés en Grande-Bretagne sont très recherchés. Un Royaume-Uni tourné vers l'extérieur saisira cette opportunité à l'heure où nous quittons l'Union européenne", a pour sa part commenté jeudi la ministre du Commerce international Liz Truss.

Mike Clancy, secrétaire général du syndicat Prospect, s'est réjoui de l'annonce de la commande en cours "après des retards dommageables" et au moment où "les événements dans le Golfe cet été ont montré que 19 frégates (comme actuellement) devrait être le minimum absolu pour la (Royal) Navy".

Dans un communiqué, il a exprimé le souhait que cette commande soit "suivie par d'autres".

La Royal Navy a déployé des navires de guerre afin de protéger les navires marchands dans le détroit d'Ormuz, dans le Golfe.

Les tensions ont monté dans cette région stratégique depuis le retrait américain en mai 2018 de l'accord nucléaire iranien, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l'Iran. Elles se sont intensifiées cet été avec des attaques contre des pétroliers dans le Golfe, imputées par Washington à Téhéran, qui dément toute implication.

ved/jbo/lth

BABCOCK INTERNATIONAL GROUP