marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Mer d'Oman: un problème international, pas seulement américain (Pentagone)


Washington, 14 juin 2019 (AFP) -

Les attaques attribuées à l'Iran en mer d'Oman représentent un problème mondial et pas seulement américain, a déclaré vendredi le chef du Pentagone Patrick Shanahan, appelant à la formation d'un "consensus international" pour le régler.

"Nous avons un problème international là-bas, au Moyen-Orient. Ce n'est pas un problème américain", a déclaré à la presse le ministre de la Défense par intérim, en référence aux attaques de jeudi contre deux pétroliers.

"La priorité pour moi, pour (le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche John) Bolton et pour (le chef de la diplomatie Mike) Pompeo est de créer un consensus international pour régler ce problème international", a ajouté M. Shanahan.

C'est pour cette raison que l'armée américaine a publié une vidéo montrant, selon elle, l'accostage d'un des tankers par une vedette des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime iranien, qui retire une mine non explosée de la coque d'un des deux navires.

Le chef du Pentagone a laissé entendre qu'il pourrait renforcer encore le dispositif militaire américain du commandement américain au Moyen-Orient (Centcom). "Nous sommes en train de nous assurer que (...) le commandement central a les ressources et le soutien nécessaires pour mener sa mission à bien."

"Quinze pour cent du pétrole mondial transite par le détroit d'Ormuz", a ajouté M. Shanahan. "Nous devons donc évidemment nous préparer à toute éventualité si la situation se détériore, mais nous devons aussi élargir le soutien à ce problème international."

Le Pentagone a déjà envoyé à la mi-mai dans le Golfe un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement dans la région d'un porte-avions face à des menaces d'attaques "imminentes" attribuées à l'Iran.

Puis fin mai, les Etats-Unis ont annoncé le déploiement de 1.500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient, invoquant des "menaces persistantes" contre les forces américaines émanant du "plus haut niveau" du gouvernement iranien. Des appareils de reconnaissance et de surveillance et un escadron de 12 avions de chasse renforcent le dispositif.