marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Navire de Greenpeace arraisonné: la Russie versera 2,7 millions d'euros aux Pays-Bas


La Haye, 17 mai 2019 (AFP) -

Les Pays-Bas ont annoncé vendredi avoir conclu un accord avec la Russie, qui payera 2,7 millions d'euros d'indemnisation afin de régler un différend de longue date sur l'arraisonnement en 2013 d'un navire de Greenpeace, l'Arctic Sunrise.

Les Pays-Bas avaient initié une procédure judiciaire après l'arrestation par les forces russes de 30 membres d'équipage de l'Arctic Sunrise, qui battait pavillon néerlandais, à la suite d'une action de l'organisation écologiste ciblant une plateforme pétrolière du russe Gazprom en mer de Barents, au nord-ouest de la Russie.

La Cour permanente d'arbitrage (CPA) des Pays-Bas avait condamné en 2017 la Russie à payer une indemnisation de 5,4 millions d'euros, une décision aussitôt rejetée par Moscou.

Cette bataille judiciaire a finalement été réglée vendredi par le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Stef Blok, et le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, qui ont signé un accord à Helsinki, où ils assistaient à une réunion des ministres du Conseil de l'Europe.

"La Fédération de Russie et le Royaume des Pays-Bas sont parvenus à un règlement intégral et définitif sur toute réclamation mutuelle" en l'affaire, a indiqué le ministère néerlandais des Affaires étrangères dans un communiqué conjoint avec Moscou.

Le gouvernement néerlandais n'a pas souhaité divulguer le montant total de l'indemnisation payée par la Russie, mais selon Greenpeace Pays-Bas, elle s'élève à 2,7 millions d'euros.

L'argent sera versé aux autorités néerlandaises avant d'être transféré à Greenpeace International, a précisé l'ONG, qui dit ignorer les détails exacts de la transaction.

"Nous sommes très heureux de ce résultat", a réagi auprès de l'AFP Bram Karst, attaché de presse chez Greenpeace Pays-Bas.

Stef Blok s'est également félicité de cet accord, soulignant l'importance de maintenir le dialogue en "cette période agitée".

"Les deux pays reconnaissent le droit de manifester en mer", ce qui signifie que "les navires en eaux internationales ne peuvent pas être arraisonnés et que les personnes à bord ne peuvent pas être arrêtées sans raison", a affirmé le ministre sur Twitter.

Accusés de "piraterie" puis de "hooliganisme", les militants de Greenpeace protestaient contre l'exploitation des hydrocarbures dans la zone fragile de l'Arctique. Ils avaient finalement été libérés et graciés.

L'Arctic Sunrise est resté bloqué près d'un an à Mourmansk au nord-ouest de la Russie, où il avait été remorqué, avant de pouvoir rentrer aux Pays-Bas.

smt/cvo/lpt

GAZPROM