marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Japonais et Américains veulent l'épave d'un avion de chasse pour en protéger les "secrets"


Tokyo, 16 avr 2019 (AFP) -

Une semaine après la disparition au large du nord-est du Japon d'un avion de chasse F-35A, des navires militaires américains et japonais s'activent pour retrouver tous les morceaux de l'épave afin de protéger ses précieux "secrets".

Les radars avaient perdu la trace de l'appareil japonais le 9 avril au-dessus du Pacifique alors qu'il participait à une mission d'entraînement avec trois autres avions à quelque 135 kilomètres à l'est de la base de Misawa (nord-est du Japon).

Il s'agit du premier cas de chute d'un F-35A, selon les Forces d'autodéfense du Japon.

Un responsable du ministère japonais de la Défense a indiqué à l'AFP que des morceaux de la queue avaient été récupérés mais que les recherches se poursuivaient pour retrouver le reste du fuselage et le pilote.

"En moyenne deux appareils, dont un hélicoptère, et deux navires patrouillent en permanence", a précisé le responsable, qui n'a pas souhaité être nommé. Les forces maritimes d'autodéfense japonaises ont déployé un drone sous-marin. L'armée américaine a de son côté envoyé un avion et un navire sur la zone, a-t-il précisé.

Le ministre japonais de la Défense, Takeshi Iwaya, a précisé que le sujet de l'accident serait abordé lors d'une réunion avec son homologue américain à Washington vendredi.

"Le F-35A contient un nombre significatif de secrets qui nécessitent d'être protégés", a dit le ministre à la presse.

Akira Kato, professeur de politique internationale et de sécurité régionale à l'Université J.F. Oberlin de Tokyo, estime que la Chine et la Russie seraient "très intéressées de trouver ne serait-ce qu'une vis de cet avion dernier cri". Il ne serait pas surprenant que Moscou et Pékin soient lancés dans la recherche de quelques débris, selon Hideshi Takesada, expert des questions de défense à l'Université Takushoku de Tokyo.

Le Japon déploie des F-35A d'une valeur unitaire de 10 milliards de yens (80 millions d'euros) pour remplacer ses F-4 vieillissants. Ce chasseur accidenté était un des 13 de ce type qui équipent cette base, selon un responsable de la défense. Il a été assemblé sous licence par le groupe japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI). Les 12 autres F-35A acquis par les Forces d'autodéfense sont provisoirement immobilisés, a précisé le ministère.

Le Japon prévoit d'en acquérir 105 au cours de la prochaine décennie ainsi que 42 autres avions de type similaire, le plus probablement la version F35-B.

si-uh/kap/

LOCKHEED MARTIN

MITSUBISHI HEAVY INDUSTRIES