marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Sea-Eye: les mères et enfants refusent de descendre sans les pères


Rome, 5 avr 2019 (AFP) -

L'Italie a proposé vendredi au navire de l'ONG allemande Sea-Eye d'évacuer les deux enfants et leurs mères qui figurent parmi les 64 migrants bloqués à bord, mais ces dernières ont refusé de descendre sans les pères, ont annoncé Rome et l'ONG.

"Les femmes et les enfants refusent de descendre du bateau. Il n'y a plus qu'à leur souhaiter un bon voyage vers Berlin", a raillé le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), dans un communiqué.

Selon lui, ce navire battant pavillon allemand et affrété par des Allemands est entièrement du ressort de Berlin, même s'il vogue depuis jeudi soir dans les eaux internationales au large de l'île italiennes de Lampedusa.

Vendredi après-midi, un accord avait été trouvé entre Rome et Berlin pour faire descendre les deux enfants présents à bord, âgé de un et six ans, ainsi que les deux mères et une femme enceinte.

"Séparer les mères et les enfants de leurs pères sans raison valable constitue une séparation active des familles et une torture émotionnelle", a réagi Sea-Eye dans un communiqué.

Sur les réseaux sociaux, nombre d'internautes ont réagi en rappelant que la défense de la famille était un thème majeur du programme de M. Salvini.

A Berlin, un porte-parole du ministère de l'Intérieur a expliqué à l'AFP que l'Allemagne était "prête à faire sa part" et à prendre en charge une partie des 64 migrants dans le cadre d'un accord européen de répartition comme cela s'est fait à de nombreuses reprises depuis que l'Italie a fermé ses ports l'été dernier aux migrants secourus au large de la Libye.

Parallèlement, 47 villes allemandes se sont offertes pour accueillir les migrants du Sea-Eye, selon l'ONG.

Le navire Alan Kurdi, baptisé par Sea-Eye en hommage au petit Syrien retrouvé noyé sur une plage turque, a secouru mercredi 64 migrants qui avaient appelé à l'aide alors qu'ils se trouvaient sur une embarcation de fortune au large de la Libye.

Selon l'ONG, ses réserves en eau potable et en vivres vont vite s'épuiser compte tenu du nombre important de personnes à bord.