marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Le déficit commercial français s'est légèrement réduit en février (douanes)


Paris, 5 avr 2019 (AFP) -

Le déficit commercial français s'est réduit de 0,2 milliards d'euros en février pour atteindre 4 milliards d'euros, en raison d'une hausse des exportations, portées notamment par d'importantes livraisons de bateaux et de navires, ont annoncé les douanes vendredi.

Au total, les exportations ont augmenté de 0,9% en février, à 42,9 milliards d'euros, après avoir reculé de 1,1% en janvier. Les importations ont de leur côté progressé de 0,4%, pour atteindre 46,9 milliards d'euros, ont précisé les douanes.

Selon les Douanes, le solde commercial s'est considérablement amélioré pour les produits de l'industrie navale, "du fait d'un pic exceptionnel de livraisons de navires et bateaux".

La progression du solde est également très prononcée pour les hydrocarbures naturels, "à la suite du repli des approvisionnements en pétrole brut, qui repartent à la baisse après le sursaut de janvier", soulignent les Douanes.

Le solde commercial s'est à l'inverse dégradé pour les produits aéronautiques et spatiaux, en raison d'un fort repli des exportations aéronautiques, et pour les produits pharmaceutiques, informatiques et électroniques.

Par région, la balance commerciale s'est nettement améliorée vis-à-vis de l'Europe hors Union européenne et vis-à-vis de l'Afrique, sous l'effet conjugué d'un rebond partiel des exportations et d'une légère diminution des importations.

La balance commerciale s'est à l'inverse dégradée avec le Proche et le Moyen-Orient, à la suite du repli marqué des exportations à destination du Qatar, et vis-à-vis de l'Union européenne.

Selon la Banque de France, le solde des transactions courantes s'est par ailleurs dégradé en février: ce dernier s'est affiché en déficit de 0,8 milliard d'euros, après un excédent de 0,3 milliard en janvier.

Cette dégradation provient principalement de la baisse du solde des services, qui s'est établi à 1,4 milliard d'euros en février contre 2,7 milliards d'euros le mois précédent. Le déficit des biens est lui resté quasiment stable, à 2,8 milliards d'euros.

La balance des transactions va au-delà des seuls échanges de biens, traditionnellement déficitaires en France, en prenant en compte ceux des services mais aussi les revenus des investissements et du travail versés entre agents économiques en France et à l'étranger.

C'est le solde des transactions courantes, in fine, qui détermine si un pays a acquis, sur une période, la capacité de prêter des capitaux au reste du monde, ou a besoin d'en emprunter.