marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

L'ONG allemande Sea-Eye secourt 64 migrants au large de la Libye


Rome, 3 avr 2019 (AFP) -

L'ONG allemande Sea-Eye a annoncé mercredi avoir secouru 64 migrants, dont des femmes et de jeunes enfants, qui avaient appelé à l'aide alors qu'ils se trouvaient sur une embarcation de fortune dans les eaux internationales au large de la Libye.

Après plusieurs cas de migrants bloqués des semaines sur le navire qui les avait secourus, l'opération soulève une nouvelle fois la question de savoir où ces migrants pourront débarquer.

"Un navire battant pavillon allemand, une ONG allemande, un armateur allemand et un capitaine de Hambourg (...). Bien, qu'il aille à Hambourg", port du nord de l'Allemagne, a réagi le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite).

L'association Watch the Med a annoncé avoir reçu un appel à l'aide mercredi vers 10H30 (08H30 GMT) sur son numéro de permanence, auquel les migrants ont également envoyé les coordonnées de leur position, au large de Zouara.

"Les autorités que nous avons contactées sont injoignables", a alors dénoncé l'association, dans une allusion aux garde-côtes libyens, officiellement en charge des secours dans cette zone depuis juin 2018.

En revanche, l'association a signalé le canot au Alan Kurdi, le navire de l'ONG Sea-Eye qui bat pavillon allemand -- rebaptisé en février du nom du petit Syrien retrouvé noyé sur une plage de Turquie --, qui patrouillait dans la zone depuis une semaine.

"Ils sont tous sains et saufs à bord de notre bateau", a annoncé Sea-Eye dans l'après-midi sur les réseaux sociaux. L'ONG a aussi publié des photos du canot et des hommes, femmes et enfants secourus,visiblement soulagés.

Depuis la semaine dernière, Watch the Med a aussi annoncé avoir reçu des appels au secours de deux canots partis de Libye, l'un le 23 mars avec 41 personnes à bord et l'autre lundi avec environ 50 personnes à bord.

Les garde-côtes italiens ont annoncé mardi avoir été informés de la présence du second canot et avoir transmis ces informations aux garde-côtes libyens.

Mais selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui est généralement présente au débarquement des migrants secourus par les garde-côtes libyens, il n'y a "toujours aucune nouvelle" de ces deux embarcations.

Dans les deux cas, le Alan Kurdi s'est rendu dans la zone et a cherché en vain pendant plusieurs jours.

"Malheureusement, cela confirme que les capacités de recherches et de secours en Méditerranée ont baissé et doivent être renforcées", a commenté le porte-parole de l'OIM pour la Méditerranée, Flavio Di Giacomo.