marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Grande America: le risque de pollution à terre pas "totalement disparu" (Rugy)


Paris, 2 avr 2019 (AFP) -

Le risque de l'arrivée sur les côtes françaises de boulettes de pétrole issus du navire Grande America qui a fait naufrage en mars n'a pas "totalement disparu" même si la pollution devrait être réduite, a déclaré François de Rugy mardi.

"Aujourd'hui, la nappe est fortement réduite heureusement", a déclaré le ministre de la Transition écologique à l'Assemblée nationale, notant que jusqu'à une dizaine de navires avaient été mobilisés pour recueillir les hydrocarbures.

"On ne peut pas dire que le risque de pollution à terre a totalement disparu, bien évidement il faut être prudent, mais il sera sans doute réduit à des boulettes, à des petites galettes de fioul dont on ne peut pas encore prédire ni quand ni où elles arriveraient sur nos côtes", a-t-il ajouté.

"Nous avons donc basculé vers un déploiement de moyens préparatoires à terre", a encore indiqué le ministre.

Le Grande America a sombré le 12 mars à 333 km à l'ouest de La Rochelle par 4.600 mètres de fond après un violent incendie.

Il y a quelques jours, la préfecture maritime de l'Atlantique avait indiqué qu'il ne restait qu'une "faible irisation de surface" dans la zone du naufrage du navire qui contenait notamment 2.200 tonnes de fioul lourd et des matières dangereuses. Mais elle avait également noté qu'il était possible qu'une partie de la pollution soit sous l'eau.

L'armateur du Grande America, la société italienne Grimaldi Lines, doit déployer un robot sous-marin autour de l'épave.

François de Rugy a souligné avoir demandé "la transparence totale" sur "les images sous-marines qui seront tournées".