marine ocean logo
Actualités en direct (AFP)

Chantiers navals: la Croatie renonce à soutenir le groupe Uljanik en difficultés


Zagreb, 28 mars 2019 (AFP) -

Le gouvernement croate a renoncé jeudi à soutenir sa plus grande société de construction navale Uljanik group, en proie à de graves problèmes financiers et qui semble se diriger vers la faillite.

"Le plan de restructuration ne semble pas viable. Le prix est trop élevé pour nos contribuables", a déclaré le Premier ministre Andrej Plenkovic lors d'une réunion du gouvernement. Le coût de la restructuration est estimé à un milliard d'euros.

Le gouvernement reste "ouvert à d'autres options", a ajouté M. Plenkovic sans autre précision.

L'Etat détient 25% des parts d'Uljanik group, les salariés un peu moins de 50%.

Uljanik group, qui gère deux chantiers, "Uljanik" à Pula et "3 Maj" à Rijeka, deux ports dans le nord de l'Adriatique, emploie environ 4.000 personnes et se trouve au bord de la faillite depuis des mois. Ses ouvriers sont en grève pour réclamer les salaires qui leur sont dus.

La justice doit décider le 18 avril de l'avenir du chantier "3 maj". Aucune date n'a encore été fixée pour "Uljanik".

Mardi, 12 personnes liées à Uljanik group, et soupçonnées d'avoir causé des pertes de plus de 130 millions d'euros à l'entreprise ont été arrêtées, après une enquête de plusieurs mois.

La restructuration du secteur de la construction navale avait été un des principaux critères demandés à la Croatie pour adhérer en 2013 à l'Union européenne. Ce secteur emploie 7.000 personnes en tout, mais assure indirectement du travail à des milliers de sous-traitants.

Deux grands chantiers navals, Brodotrogir et Brodosplit, ont déjà été privatisés.

Des spécialistes estiment que l'Etat a dépensé à ce jour environ 4 milliards d'euros pour sauver ce secteur qui représente actuellement 2% du PIB.