marine ocean logo
Accueil

Gibraltar demande des moyens supplémentaires à la marine britannique


LONDRES, 20 nov 2013 (AFP) -

Le chef du gouvernement de Gibraltar, Fabian Picardo, a appelé mercredi la marine britannique à déployer des moyens supplémentaires au large du rocher pour dissuader l'incursion de bateaux espagnols dans ses eaux territoriales.

"Je suis favorable à tout ce qui peut avoir un effet dissuasif", a affirmé M. Picardo à la BBC, évoquant la "mise à disposition par la Royal Navy de moyens supplémentaires pour le commandant des forces britanniques à Gibraltar".

M. Picardo a prévenu que des bateaux espagnols pourraient être pris pour des cibles "terroristes" s'il n'était pas possible de les identifier immédiatement comme appartenant à une "nation amie".

Ces déclarations interviennent au lendemain d'un nouvel incident ayant ravivé les tensions entre Londres et Madrid lorsque un navire océanographique espagnol a été accusé d'avoir pénétré "les eaux territoriales britanniques" au large de Gibraltar.

Selon la version de Londres, le Ramon Margalef, a procédé pendant plus de 20 heures, les 18 et 19 novembre, à des relevés dans les eaux de Gibraltar, territoire britannique depuis 1713 et revendiqué en vain par l'Espagne depuis des décennies.

Un porte-parole du ministère de la défense a dénoncé "une violation de la convention des Nations unies sur le droit de la mer" et l'ambassadeur de l'Espagne au Royaume-Uni, Federico Trillon, a été convoqué au Foreign Office.

"Convoquer un ambassadeur est un acte grave, surtout lorsqu'il concerne l'ambassadeur d'un partenaire européen et allié de l'OTAN, et l'Espagne doit en avoir conscience", a souligné M. Picardo, à la tête de ce petit territoire de 6,7 km2.

Le différend bilatéral vieux de trois siècles entre les deux États membres de l'Union européenne a été à l'origine de frictions diplomatiques tout l'été.