Accueil Economie maritime Vers une labélisation des sociétés militaires privées
Economie maritime
Vers une labélisation des sociétés militaires privées
le 10 Juin 2012

Les sociétés Securymind et Bureau Veritas proposent un processus de labélisation des sociétés militaires privées auxquelles ont aujourd'hui de plus en plus recours les armateurs pour la protection de leurs navires contre la piraterie. Le débat sur le sérieux de ces entreprises de services de sécurité et de défense (nouvelle appellation des sociétés militaires privées) est récurent et constitue un obstacle à leur reconnaissance complète par les pouvoirs publics comme par nombre d'entreprises désireuses de les utiliser.

Ce service de labélisation proposé par Securymind et Bureau Veritas qui consiste à évaluer et à référencer les sociétés de sécurité voulant offrir leur service dans la lutte contre la piraterie maritime, veut contribuer à lever ces préventions. Il doit pouvoir répondre aux attentes des armateurs et des affréteurs dans le domaine de la protection des navires, à celles des assureurs pour ce qui concerne la sécurisation de la cargaison comme à celles des équipages, soucieux de travailler avec les meilleurs pour garantir leur sécurité.

Fort d'une véritable expertise dans le domaine maritime, Bureau Veritas, organisme de sûreté habilité (OSH), disposant d'une forte représentation à l'international, est leader mondial dans l'évaluation de la conformité et de la certification. Securymind, également organisme de sûreté habilité, est expert dans le domaine maritime, dans la gestion de crise, dans la lutte contre la piraterie et sur l'emploi d'équipes armées.

Toute société de sécurité privée désireuse de se doter d'une sorte de brevet de respectabilité peut ainsi désormais se soumettre à l'examen des experts de Bureau Veritas et de Securymind. Celui-ci porte d'abord sur l'enregistrement de la société, sur son système de gestion et la formalisation de ses process. Des vérifications in situ sont ensuite opérées sur son personnel, sa qualification, sa formation, son entraînement et sur les moyens matériels dont il dispose pour assurer ses missions de protection.

Une fois référencée, la société de sécurité privée dispose d'une attestation valable un an assortie d'une procédure de maintenance à respecter. Elle est surtout inscrite au Registre des
compagnies assurant la protection des navires contre la piraterie.

Ce référencement international l'oblige au respect d'engagements précis à l'égard de ses futurs clients dans le domaine de la lutte contre la piraterie maritime : respect de la prééminence de la responsabilité du capitaine du navire protégé, garantie de l'application de règles d'engagement (ouverture du feu) préalablement agréées, garantie sur les moyens de communication de crise avec la compagnie cliente, satisfaction des exigences des autorités de pavillon par l'application d'un référentiel qualité dédié, le respect de bonnes pratiques et la conformité aux recommandations de l'OMI.

Ce processus de labélisation - une Première en France – répond notamment à une attente des pouvoirs publics, longtemps réticents à l'idée de déléguer au privé l'exercice traditionnellement régalien de la sécurité. Il devrait aussi contribuer à servir l'implantation et le développement des sociétés françaises sur un marché globalement porteur.

En savoir plus :

www.bureauveritas.fr / contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

www.securymind.com / contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Economie maritime Vers une labélisation des sociétés militaires privées