Accueil Economie maritime Le port de Cherbourg au coeur de la nouvelle filière des EMR
Economie maritime
Le port de Cherbourg au coeur de la nouvelle filière des EMR
le 23 Juillet 2017

La pose, le 21 juillet dernier, de la première pierre de l’usine de Naval Energies / Openhydro à Cherbourg en Cotentin, illustre les investissements réalisés, les infrastructures mises en œuvre et les perspectives de développement qui font du port de Cherbourg un acteur majeur dans le développement de la nouvelle filière industrielle que sont les énergies marines renouvelables (EMR). En près de cinq ans, le visage du port de Cherbourg a beaucoup changé et c’est loin d’être fini. Depuis 2012, la région Normandie et le département de la Manche, principaux financeurs de Ports normands associés (PNA), ont fait de ce dernier leur bras armé pour contribuer à l’émergence d’une nouvelle filière économique et assurer ainsi un renouvellement de l’activité sur le port de Cherbourg. Un pari qui est en passe d’être réussi grâce à un niveau d’infrastructures qui est le meilleur de France.

100 M€ d’investissements pour 100 ha dédiés aux EMR

Ce sont, en tout, 100 M€ qui ont été investis par PNA afin que le port de Cherbourg puisse accueillir dans les meilleures conditions les EMR. PNA a ainsi construit un quai lourd de 320m de long, pouvant supporter des charges de 15T/m2 et permettant un pré-assemblage en bord à quai, atout majeur pour les industriels des EMR. PNA a également gagné 39ha sur la mer, offrant ainsi aux industriels et aux logisticiens un outil de travail de 100ha.

Les premières usines sortent de terre

LM Wind Power : Le 23 mars dernier avait lieu la pose de la 1ère pierre de l’usine de pales de LM Wind Power. Cette usine représente un investissement global pour LM Wind Power de plus de 100 M€. Elle devrait atteindre, à terme, une capacité de 1,2 à 2,0 Gigawatts (GW) et la production des pales est destinée aux champs éoliens en mer européens. La société prévoit d’employer plus de 550 personnes dans l’usine lorsque les premières lignes de production auront été mises en place. La formation débutera dans un nouveau centre d’excellence qui fournira les compétences nécessaires pour cette nouvelle activité verte d'importance stratégique. L’usine est conçue pour pouvoir se développer dans l’avenir et a déjà entamé la phase initiale qui devrait générer 2 000 emplois indirects dans la région.

Naval Energies / Openhydro : Le 21 juillet a eu lieu la pose de la 1ère pierre d’une usine qui est une première mondiale. Elle matérialise le démarrage de la phase industrielle et constitue une étape décisive dans le développement de l’hydrolien en France et à l’international. D’une capacité de 25 turbines par an, la future usine normande permettra d’assurer l’assemblage et la maintenance des hydroliennes du projet Normandie Hydro, mené par Naval Energies en partenariat avec EDF Energies Nouvelles, puis des fermes commerciales. Elle servira également de base industrielle pour fournir les hydroliennes d’autres projets pré-commerciaux développés par Naval Energies à l’international. Son entrée en service est prévue au premier trimestre 2018. Une quarantaine de personnes travailleront au sein de l’usine pour l’assemblage des turbines. L’usine a été pensée de façon modulaire et pourra être agrandie pour augmenter sa capacité de production en vue des futures fermes commerciales.

Les prochaines étapes

EDF Energies Nouvelles a prévu d’implanter sur le port de Cherbourg un hub de stockage et d’assemblage de fondations, de turbines, de pales et de mâts destiné, dans un premier temps, aux champs de Courseulles sur Mer et de Fécamp.

Hervé Morin, Président de la Région Normandie et de Ports Normands Associés et Philippe Bas, Sénateur et Président du département de la Manche ont par ailleurs rappelé l'importance du lancement de l’appel à projets pour les fermes commerciales hydroliennes : « A travers PNA, les collectivités normandes ont fait le pari des EMR et d’un renouveau industriel pour le port de Cherbourg. Nous sommes impliqués totalement pour que ce pari soit réussi et sans un coup de pouce décisif de la Région, il n’est pas certain que nous aurions la satisfaction de voir les premières usines sortir de terre. Il reste néanmoins une étape décisive à franchir : il est plus que temps que l’Etat lance l’appel à projets pour les fermes commerciales hydroliennes sur le Raz Blanchard et Aurigny. L’équilibre financier de cette nouvelle filière économique et la place de la France dans le développement de cette filière en dépendent. La Normandie a fait sa part du job. Les industriels sont à nos côtés. Il faut donc passer à la vitesse supérieure pour transformer l’essai. » 

Source : Ports normands associés (PNA)

Propriétaire et gestionnaire des ports de Caen-Ouistreham et Cherbourg, Ports Normands Associés représentent 5 000 emplois directs, indirects et induits / 200 M€ investis en Normandie (2007-2017) / 100 ha dédiés entièrement aux Energies Marines Renouvelables / 5 millions de tonnes de marchandises par an / 1,7 million de passagers transmanche par an / 2 400 anneaux de plaisance / 1⁄4 du tonnage pêche déclaré en Normandie. PNA est l’alliance de la Région Normandie et des départements de la Manche et du Calvados, au service du développement économique de leur territoire. Retrouvez toutes les informations à propos de PNA sur www.pna-ports.fr

 

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Economie maritime Le port de Cherbourg au coeur de la nouvelle filière des EMR