Accueil Economie maritime La France et les Grands Fonds marins
Economie maritime
La France et les Grands Fonds marins
le 05 Décembre 2011

La Ministre du Développement Durable, Nathalie Kosciusko-Morizet, a annoncé le 30 novembre 2011 aux Assises de l'économie de la mer à Dunkerque, le dépôt imminent par la France « d’une demande de permis d’exploration dans l’Atlantique [international] auprès de l’Autorité des Grands Fonds Marins » .

Le Cluster Maritime Français (CMF) avait beaucoup insisté pour que cette initiative soit prise. Le Premier ministre avait apporté une première réponse sur ce sujet en affirmant, en juin 2011, au Comité Interministériel de la Mer, que la France devait se doter d’une stratégie globale d’exploration des grands fonds dans le respect des principes du développement durable.

C'était en effet essentiel, depuis que l'on savait - en particulier grâce à la campagne expérimentale menée par des opérateurs français à Wallis et Futuna - que certains grands fonds marins sont particulièrement riches (et exploitables) en métaux de toute nature. Cela s'imposait également à l’heure où nombre de pays (Chine, Russie, les USA...) se  sont engagés dans ce processus et ont, pour certains, déposé leurs propres demandes.

« La France, a expliqué Nathalie Kosciusko-Morizet, prend ainsi rang pour l’avenir (…). L’exploration des grands fonds marins est la nouvelle frontière du XXIème siècle (…). La France ne doit pas se permettre de rester en arrière, d’autant qu’elle dispose d’industriels compétents et d’une technologie adaptée ».

Le Cluster maritime français (CMF) a salué la confiance faite à l’Ifremer, sous la présidence de Jean-Yves Perrot, pour mener à bien cette exploration, gage selon lui du ménagement de l'indispensable équilibre entre « développement » et « durabilité » qui constitue l’un des fondements de l’action du CMF.

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Economie maritime La France et les Grands Fonds marins