Accueil Actualités - AFP Pollution de l'air dans les ports méditerranéens: des élus dénoncent un problème de santé majeur
Actualités (AFP)
Pollution de l'air dans les ports méditerranéens: des élus dénoncent un problème de santé majeur

Marseille, 14 nov 2017 (AFP) -

Plusieurs élus des Bouches-du-Rhône et de Corse ont dénoncé mardi "un problème de santé majeur" et des "inégalités qui tuent" au sujet de la pollution de l'air due au trafic maritime dans les villes portuaires méditerranéennes, lors d'un colloque à Marseille.

"On a une responsabilité morale sur ce qui se passe aujourd'hui dans nos ports", a déclaré Saïd Ahamada, député LREM des Bouches-du-Rhône, dénonçant "un problème de santé majeur, comparable à l'amiante". "On pourrait imposer qu'on passe à 0,1% d'émission de soufre de manière rapide et permanente", a-t-il plaidé.

En France, la réglementation impose à tous les navires des carburants à teneur en soufre inférieure à 0,1% uniquement lorsqu'ils sont à quai, alors que cette norme est valable en permanence en mer du Nord.

Pour Fabiana Giovannini, élue du parti nationaliste Pé a Corsica à l'Assemblée de Corse en charge de l'aménagement du territoire, "il y a des inégalités qui tuent. Les gens qui subissent ces nuisances ne peuvent pas comprendre que ce qui se fait en Europe du Nord ne soit pas possible en Méditerranée".

Air Paca, l'organisme de surveillance de l'air dans la région qui organisait cette "Journée méditerranéenne de l'air", a établi que 5 à 10% des particules en suspension d'une ville portuaire comme Marseille provenaient des bateaux.

"Aujourd'hui, on pense que ce facteur a été sous-estimé", a reconnu Dominique Robin, directeur d'Air Paca, estimant plutôt que "10 à 20% de la pollution sont dus au trafic maritime".

C'est à quai que les navires polluent le plus, les émissions d'un seul bâtiment représentant alors "entre 10.000 et 30.000 véhicules", a-t-il souligné. En phase de propulsion, ce chiffre est multiplié par "5 ou 6", "presque l'équivalent d'une autoroute", a commenté M. Robin.

Selon Air Paca, la métropole marseillaise est soumise à une pollution très importante du fait de son fort ensoleillement, des particules fines émises par la circulation, de l'activité industrielle et portuaire, mais elle connaît moins de pics que Paris ou Grenoble grâce au vent "qui évite la stabilité atmosphérique".

Partager cet article :

Retour Abonnez-vous à Marine&Océans

À lire aussi dans cette rubrique

Les articles les plus lus

Accueil Actualités - AFP Pollution de l'air dans les ports méditerranéens: des élus dénoncent un problème de santé majeur